Dans les années 1280, les relations entre l'Angleterre et le royaume d'Écosse sont relativement harmonieuses[93]. Édouard est confié à la garde de Hugues Giffard, père du futur chancelier Gautier Giffard, puis à celle de Bartholomew Pecche à la mort de Giffard, en 1246[8]. Cependant, il s'intéresse également aux affaires étrangères. Henry Percy aurait joué un rôle important dans ces négociations [ 11 ] . Le mariage est célébré le 1er novembre 1254 au monastère royal de las Huelgas de Burgos, en Castille[11]. Il laisse à son fils Édouard II un royaume en guerre contre son voisin septentrional et en proie à des problèmes politiques et financiers durables. L'année suivante, le roi l'envoie en campagne au pays de Galles contre Llywelyn ap Gruffydd, avec des résultats limités[26]. Par la mise de Lewes (en), Édouard et son cousin Henri d'Almayne sont remis à Montfort comme prisonniers[33]. En 1294, Édouard exige la moitié des revenus ecclésiastiques du royaume, et il lui suffit de menacer de mettre hors-la-loi les récalcitrants pour obtenir gain de cause[114]. Édouard IV, né le 28 avril 1442 et mort le 9 avril 1483, est roi d'Angleterre de 1461 à 1483. Édouard est envoyé sur le continent, et en novembre 1260, il se réconcilie avec les Lusignan, exilés en France[25]. Les historiens contemporains sont plus divisés : certains applaudissent son œuvre législative et administrative, d'autres critiquent son attitude intransigeante vis-à-vis de l'aristocratie anglaise. William Wallace, trahi, est livré aux Anglais et exécuté à Londres le 23 août 1305[127]. En vertu de l'accord de mariage, le prince reçoit des terres d'une valeur annuelle de 15 000 marcs[12]. Edouard II "de CAMARVON" d'ANGLETERRE was born on month day 1284, at birth place, to EDOUARD IER LONGSHANKS D ANGLETERRE and ELEONORE D ANGLETERRE (born DE CASTILLE). Par ailleurs Édouard III possède de vastes territoires dans le sud-ouest de la France (le duché de Guyenne); il est de ce fait le vassaldu roi de France. Édouard, fils du roi Henri III d'Angleterre et d'Éléonore de Provence, naît au palais de Westminster dans la nuit du 17 au 18 juin 1239[N 2]. Ces rois n'ont pas eu d'héritier mâle susceptible de devenir roi de France. La question de l'hommage n'est pas aussi controversée qu'au pays de Galles : en 1278, le roi Alexandre III rend hommage à Édouard Ier, mais uniquement, semble-t-il, pour ses terres d'Angleterre[94]. Elle a épousé David Ii BRUCE, fils de Robert 1er BRUCE et Elisabeth de BURGH, le 25 juillet 1328. Ils ont entre quatorze et seize enfants, dont six survivent jusqu'à l'âge adulte : cinq filles et un fils, le futur Édouard II[144]. Il emmène avec lui environ 225 chevaliers, et vraisemblablement pas plus d'un millier d'hommes en tout[45]. Roi d'Angleterre de 1272 à 1307. Le mécontentement suscité par ces exigences débouche sur une crise politique, mais ce n'est pourtant pas un impôt laïc qui met le feu aux poudres. Éléonore de Bohun, comtesse d'Ormond (17 octobre 1304 - 7 octobre 1363) est une aristocrate anglaise née au château de Knaresborough.Elle est la fille d'Humphrey de Bohun (4e comte de Hereford), et d'Élisabeth de Rhuddlan, fille du roi Édouard Ier d'Angleterre et d'Éléonore de Castille Sur les quatorze candidats, seuls deux, Jean Balliol et Robert de Bruce, ont de réelles chances[100]. Malgré cela, il parvient à échapper à ses gardiens le 28 mai et rejoint le comte de Gloucester Gilbert de Clare, fils de Richard de Clare, qui vient de rallier le camp royal[35]. Le grand père de Robert the Bruce, Robert V, dit le « compétiteur » se lance dans la course à la succession. Le but premier des croisés est de soulager la forteresse d'Acre, mais le roi de France et son frère Charles d'Anjou décident d'attaquer Tunis à la place, dans l'espoir d'établir une tête de pont chrétienne en Afrique du Nord. La Seconde Guerre des barons, de 1264 à 1267, voit s'opposer les barons rebelles, menés par Simon de Montfort, à ceux restés fidèles au roi. Jean-Paul Trabut-Cussac, « Le financement de la croisade anglaise de 1270 », dans. Ce n'est qu'après les règnes de son fils, puis de son petit-fils, tous deux également appelés Édouard, que l'appellation « Édouard Ier » entre dans l'usage[1]. Après le départ du roi pour la France, en novembre 1259, le comportement d'Édouard tourne à l'insubordination : il procède à plusieurs nominations en faveur des barons réformateurs, au point que son père croit qu'il prépare un coup d'État[23]. La situation bascule dès l'année suivante : le 10 février 1306, Robert Bruce assassine son rival John Comyn et se fait couronner roi d'Écosse le 25 mars par la sœur du comte de Buchan[129]. Le 6 juillet, il campe à Burgh by Sands, à la frontière écossaise. Sa position change en 1296 avec la bulle papale Clericis laicos, qui interdit au clergé de verser des impôts à une autorité séculière sans l'accord explicite du pape[115]. Édouard entre au pays de Galles en juillet 1277 à la tête de 15 500 hommes, dont 9 000 Gallois[70]. Le rétablissement de l'autorité royale après le règne difficile d'Henri III, la création du Parlement en tant qu'institution permanente et la réforme du système législatif sont à porter à son crédit, mais il fait également preuve d'un comportement cruel vis-à-vis des Écossais et des Gallois, et c'est lui qui expulse les Juifs du royaume d'Angleterre en 1290 ; l'édit d'Expulsion reste en vigueur jusqu'en 1656. Une grande partie du règne d'Édouard Ier est consacrée à la réforme de l'administration royale et du droit commun. Après une dernière campagne d' Édouard Ier d'Angleterre en 1303 et 1304, le château de Stirling, la dernière grande place forte écossaise, tombe aux mains des Anglais. Il écrase les Londoniens qui lui font face, mais commet l'erreur de poursuivre l'ennemi en fuite, et lorsqu'il revient sur ses pas, il est trop tard : l'armée royale a été vaincue[32]. Philippe IV le Bel confisque la Gascogne (1294-1303) après qu'Édouard a refusé de se présenter devant lui pour résoudre le récent conflit entre des marins anglais, gascons et français qui a abouti à la prise de plusieurs navires français et au sac du port de La Rochelle[91]. Ce n'est qu'en août 1297 qu'il peut quitter l'Angleterre, et lorsqu'il débarque en Flandres, ses alliés dans la région ont déjà été vaincus[92], tandis que les soutiens attendus en Allemagne ne se concrétisent pas. Ainsi, Édouard Ier n'est en réalité pas le premier Édouard à régner sur l'Angleterre : outre Édouard le Confesseur, ce nom est également celui d'Édouard le Martyr (975-978) et d'Édouard l'Ancien (899-924). La résistance écossaise est écrasée à la bataille de Dunbar, le 27 avril[110]. Il est le premier prince anglais à recevoir le titre de prince de Galles, en 1301 à Lincoln[85]. En vertu du traité de Birgham, Marguerite doit épouser le fils d'Édouard Ier, Édouard de Carnavon, sans pour autant que l'Écosse passe sous suzeraineté anglaise[96],[97]. Marie est la dixième fille d'Édouard I er d'Angleterre et de sa première épouse Éléonore de Castille, et la quatrième à survivre à la petite enfance après ses sœurs aînées Aliénor, Jeanne et Marguerite. https://fr.wikipedia.org/wiki/Édouard_Ier_(roi_d'Angleterre) Au moment du traité de Birgham, la question de la suzeraineté n'intéressait guère Édouard face à la perspective d'une union personnelle entre les deux royaumes ; mais à présent, il exige d'être reconnu suzerain de l'Écosse en échange de sa participation à la résolution de la crise[102]. Édouard ne quitte Acre que le 24 septembre. Les Anglais reprennent le terrain perdu, et Édouard ne fait preuve d'aucune douceur vis-à-vis des alliés de Bruce : pour lui, il ne s'agit pas d'une guerre entre deux nations indépendantes, mais de la répression d'une révolte menée par des sujets déloyaux[133]. Il reste cependant en conflit ouvert avec plusieurs barons des marches galloises, notamment le comte de Gloucester, Roger Mortimer et le comte de Hereford Humphrey Bohun[64]. Activities of Édouard II (roi d'Angleterre, 1284-1327) (20 resources in data.bnf.fr) Numismatic works (16) Qui veut succéder Charles VI en 1304? En avril, le comte de Gloucester semble sur le point de rejoindre les insurgés, relançant la guerre civile, mais une renégociation des termes du dictum permet d'éviter la reprise du conflit[42]. De la famille des Bruce, il hérite du titre de comte de Carrick à la mort de sa mère. Le premier affrontement majeur du conflit a lieu à Lewes le 14 mai 1264. Le clergé s'abrite derrière la bulle pour refuser de payer Édouard, qui les déclare hors-la-loi[116]. Édouard installe à nouveau des Anglais et des Écossais pro-anglais à la tête du pays[128]. En vertu du traité de paix entre l'Angleterre et la France (Traité de Montreuil-sur-Mer en 1299), Édouard doit épouser la princesse Marguerite de France, fille du roi Philippe III le Hardi et de Marie de Brabant. Une épidémie frappe le camp français peu après leur arrivée, et le roi succombe à la maladie le 25 août[49]. Contrairement à l'empereur byzantin, Édouard n'a pas codifié la loi, mais son rôle dans l'histoire législative anglaise et la longévité de ses lois justifient la comparaison[6]. Elle voit le jour le 11 mars 1279 au palais de Woodstock. Il compte parmi ses amis d'enfance son cousin Henri d'Almayne, fils de Richard de Cornouailles[7]. CIP, rabat p. [2] de la couv. Douglas Richardson, Magna Carta Ancestry, p.347, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Éléonore_de_Bohun_(1304-1363)&oldid=176313802, Article contenant un appel à traduction en anglais, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Il se réconcilie avec d'anciens alliés, parmi lesquels son ami d'enfance Henri d'Almayne et le comte de Surrey John de Warenne, et reprend le château de Windsor, qui était tombé aux mains des rebelles[29]. La croisade est reportée au printemps suivant, mais une tempête dévastatrice dissuade Charles et le successeur de Louis, Philippe III, de poursuivre la campagne[50]. Éléonore Dagworth qui s'est mariée en 1362 avec Walter Fitz Walter. De son côté, Édouard voyage par voie de terre en Italie et en France, rendant visite au pape à Rome et réprimant une révolte en Gascogne sur son chemin, entre autres péripéties[60]. Le 20 août, Édouard quitte Douvres pour la France[48]. Il prend le parti de son gendre Édouard III, roi d’Angleterre, contre son beau-frère le roi de France Philippe VI de Valois et forme une coalition avec le roi d’Angleterre, le duc de Brabant, le duc de Gueldre, l’archevêque de Cologne et le comte de Juliers. Édouard III est né en 1312 à Windsor en Angleterre. En effet, après les soubresauts des années 1250-1260, le royaume d'Angleterre a retrouvé la stabilité, et Édouard est proclamé roi dès le décès de son père, sans attendre la cérémonie du couronnement comme il était d'usage jusqu'alors[58]. Il apparaît dans l'inscription en latin figurant sur sa tombe : « Edwardus Primus Scottorum Malleus hic est, 1308. Édouard Ier d'Angleterre. Aucune bataille majeure ne vient ponctuer le conflit, et Llywelyn comprend rapidement qu'il ne peut que se rendre[70]. Jean Balliol est déposé et emprisonné à la tour de Londres, tandis qu'Édouard nomme le comte de Surrey gardien du royaume[7]. Cependant, le cours de la guerre bascule lorsque Llywelyn est vaincu et tué à Orewin Bridge le 11 décembre[77]. Ce n'est que le 2 août 1274 qu'il rentre en Angleterre, et son couronnement est célébré le 19 août[61]. De longues années de guerre attendent le peuple Scot. Le 2 mai 1774, la Society of Antiquaries of London fait ouvrir la tombe d'Édouard et procède à des mesures sur son corps, concluant qu'il mesurait six pieds deux pouces, soit 1,88 m[2], une taille nettement supérieure à la moyenne de ses contemporains[3]. Édouard décide de continuer seul et arrive à Acre le 9 mai 1271[51]. Élisabeth d'Angleterre (née le 7 août 1282 à Rhuddlan, dans le Denbighshire, et morte le 5 mai 1316 à Quendon, dans l'Essex), aussi appelée Élisabeth de Rhuddlan, est une princesse anglaise, fille du roi Édouard I er d'Angleterre et d'Éléonore de Castille.Fiancée dès son plus jeune âge avec Jean I er de Hollande, elle l'épouse en 1297 et part vivre à ses côtés. Édouard s'empare de la pierre du destin, sur laquelle les rois écossais sont traditionnellement couronnés, et l'envoie à Westminster. En 1254, le risque d'une invasion castillane de la Gascogne anglaise incite le père d'Édouard à arranger le mariage de son fils de quatorze ans avec Éléonore, la demi-sœur du roi Alphonse X de Castille[10]. Après la chute d'Acre, Édouard adopte une politique étrangère moins conciliante et plus agressive, ce qui apparaît dans le traitement des affaires de Gascogne, auxquelles il s'est toujours intéressé de près. Edouard d' ANGLETERRE was born on month day 1284, at birth place, to Edouard I D'ANGLETERRE dit plantagenet and Eleonore D'ANGLETERRE (born de Castile). Les premières opérations se déroulent sous le commandement de Mortimer, d'Edmond de Lancastre (le frère du roi) et du comte de Warwick Guillaume de Beauchamp[N 4]. Le siège de 1304. Profondément attristé, il ne se presse pourtant pas de rentrer au pays et poursuit son voyage à une allure mesurée pour ménager sa santé, d'autant que la situation le lui permet[57]. Cependant, la brutalité d'Édouard, au lieu de soumettre les Écossais, les envoie dans les bras de Bruce[134]. Éléonore s'est mariée deux fois ; d'abord en 1327 à James Butler, 1er comte d'Ormond, (fils d'Edmond Butler, comte de Carrick et de Jeanne FitzGerald) décédé en 1337 et, six ans plus tard en 1343, à Thomas Dagworth, qui est tué dans une embuscade en Bretagne en 1352.