Elle n'a donc pas les moyens de défendre les autres ouvrages et, face aux hommes de Mercadier, elle se réfugie dans le donjon. Saladin détruit alors des places fortes (Jaffa notamment) avant l'arrivée des croisés. Richard Cœur de Lion (1157-1199) Roi d'Angleterre, duc de Normandie, duc d’Aquitaine, comte de Poitiers, comte du Maine et comte d’Anjou, mécène de troubadours et poètes – Richard Cœur de Lion est né à Oxford (ville du Royaume-Uni) le 08/09/1157 et décédé à Châlus (commune française du département de la Haute-Vienne) le 06/04/1199 à l'âge de 41 ans. Richard est un mécène et protecteur des troubadours et trouvères de son entourage; il est également poète[27],[28]. Elle semble s'installer à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, et doit vraisemblablement être rattachée au développement des cartes postales et du voyage touristique. En 1170, son frère Henri le Jeune est couronné roi d’Angleterre avant la mort de son père. Une rixe éclate le 3 octobre entre des soldats et des habitants de la ville, « ramas de Grecs et de ribauds, gens issus de sarrasins » qui conspuaient les pèlerins tout en les traitant de « chiens puants »[9]. D'abord emprisonné à Dürnstein, il est ensuite livré à l’empereur Henri VI qui le détient au château de Trifels. Les rebelles espèrent détrôner Richard et appellent ses frères à l’aide. Jean Flori dans son Richard Cœur de Lion réalise la synthèse des travaux et recherches antérieures. Lors de leur conquête du littoral sud, Richard, Robert et leurs troupes sont harcelés sans cesse par les troupes de Saladin. Mais immédiatement après la mort de Guillaume, son cousin Tancrède de Lecce se rebelle, prend le contrôle de l’île, et début 1190, est couronné roi de Sicile. Malgré les cartes postales, la revue du syndicat d'initiatives de Châlus et les objets-souvenirs du début du XXe siècle qui présentent la tour de Maulmont comme étant le site duquel est parti le carreau d'arbalète, c'est à Châlus Chabrol que Richard Cœur de Lion trouva la mort. Troisième fils d’Henri II d’Angleterre (l’aîné, appelé Guillaume, né en 1153, est mort à l’âge de trois ans) et d'Aliénor d'Aquitaine, Richard n’est pas destiné à succéder à son père. Il est aussi un poète et un écrivain célèbre à son époque, notamment pour ses compositions en occitan[F 2],[5], mais aussi en langue d'oïl. Richard campe à l'Aigle, non loin de Verneuil-sur-Avre, le roi de France Philippe sentant qu'il ne va pas pouvoir faire face à Richard, profite des fêtes de la Pentecôte (29 mai) pour lever le siège et déguerpir tout en sacrifiant son arrière-garde. Richard Cœur de Lion a commandé le contingent anglais de la troisième croisade (alias la croisade des rois) après la mort de son père Henry au début de cette croisade en 1189. Cependant, le pape lui impose une trêve qui profite à Philippe Auguste. Il portait encore ce blason en 1191 lors de la croisade, d'où le blasonnement des rois de Chypre et des sires de Joinville. Dès la seconde moitié du XXe siècle, les historiens châlusiens, dont Paul Patier fut le chef de file avec Gabriel Fontanille, relayés par Les Amis du Vieux Châlus (les A.V.C) puis par l’association Histoire et Archéologie du Pays de Châlus (Dr Roger Boudrie, Andrée Delage, Jean-Claude Rouffy, etc.) Durant son absence, son frère Jean fut près de conquérir le trône. Pendant ce temps, la promise de Richard, Bérengère de Navarre, première-née du roi Sanche VI de Navarre, l’a enfin rejoint sur sa route vers la Terre sainte. Son corps est enterré en l’abbaye de Fontevraud (située non loin de Saumur), son cœur embaumé est enfermé dans un reliquaire et enterré dans un tombeau surmonté d'un gisant à son effigie en la cathédrale de Rouen, et ses entrailles sont déposées en l'église (actuellement ruinée) du château de Châlus-Chabrol. Simple fait divers, la mort de Richard Cœur de Lion est, à l'échelle de la construction des territoires européens, un événement majeur, qui conduit à la fin de l'empire Plantagenêt et à la naissance de la notion de nation portée par les rois de France. La flèche est retirée mais la gangrène s'installe. L'impact du trait d'arbalète de Pierre Basile s'apprécie d'un coup d'œil avec les cartes du Royaume capétien avant et après le roi Richard. Le 6 avril 1199, dans le Limousin, le jour de la mort du célèbre roi d’Angleterre, Richard Cœur de Lion, aux pieds du château de Châlus-Chabrol. En octobre, la population de Messine se révolte, demandant que les étrangers quittent l’île. Jouant la carte des « provinces pittoresques » et de l'exceptionnel, les éditeurs de cartes postales du début du siècle n'hésitaient cependant pas à aller encore plus loin dans l'invraisemblable en présentant ce rocher comme étant le lieu où Richard Cœur de Lion était enterré ! La ville, assiégée depuis deux ans par les Francs (eux-mêmes encerclés par l'armée de Saladin), commence à être à bout. », « Ce cadavre n'est pas de ceux auxquels suffit un seul tombeau », Et parfois de façon tout à fait inattendue ! Pendant ce temps, la présence de deux armées étrangères cause des troubles parmi la population, exaspérée notamment par le comportement des soldats envers les femmes[9]. Il est né à Oxford en 1157 et mort à Châlus (Limousin) en 1199. Quant à Guillaume Le Breton, qui utilise le récit de Rigord, il est le chapelain de Philippe-Auguste. Il devient comte de Poitiers à l'âge de onze ans et duc d’Aquitaine lors de son couronnement à Limoges. La bataille de Jaffa s'engage. Richard meurt le 6 avril 1199, onze jours après sa blessure. Ironiquement, c'est Richard lui-même qui a recruté Lambert Cadoc dans le Pays de Galles avec d'autres mercenaires gallois, afin de combattre le roi de France. Battu à deux reprises par Richard, les 1er et 5 août, Saladin est contraint de se replier vers Jérusalem[G 3]. En son absence, Chypre doit être gouvernée par Richard Kamvill. Château de Versailles Spectacles: CVS028. Rigord est moine de l'abbaye royale de Saint-Denis. Dès lors, Richard a pour dessein de reprendre le contrôle des forteresses objet du traité signé en janvier entre Philippe et Jean, ou d'en empêcher la prise, car tous les gouverneurs n'ont pas accepté les clauses de ce traité. Richard campe alors à moins d'une lieue et fait dire à Philippe qu'il l'attend. Mais il renonce finalement au siège, sous l'insistance notamment des barons syriens : la saison était mauvaise et ces derniers savaient qu'ils ne pourraient tenir Jérusalem une fois tous les croisés repartis. 27 mars 2016 - Découvrez le tableau "richard coeur de lion" de V Mas sur Pinterest. L'utilisation de ces chroniques reste délicate. Ainsi, le siège de Châlus par Richard Cœur de Lion a-t-il fourni à Walter Scott dans Ivanhoé le canevas du siège du château de Front-de-Bœuf. Jean-Charles-Léonard Simonde de Sismondi. Apprenant l'identité du blessé ou sa mort prochaine, les assiégés décident de se rendre. Richard 1er, dit Coeur de Lion, Merry Joseph Blondel, 1841. En voici les termes : Le traité ébranle les relations entre l’Angleterre et le Saint-Empire romain germanique, et cause la révolte de Jean sans Terre, qui espère être proclamé héritier à la place de son neveu. Le mort ni le prisonnier n'a plus ni ami ni parent. La mort de Richard Cœur de Lion, survenue le 6 avril 1199 au siège de Châlus-Chabrol dans le Limousin, est un thème littéraire qui a été exploité par divers auteurs . L'attitude hostile du prince Isaac Doukas Comnène, qui régnait sur Chypre après s'être détaché de l'empire byzantin en 1184, provoque, le 6 mai 1191, le débarquement de la flotte de Richard dans le port de Lemesos (aujourd'hui Limassol). Entretemps Adèle aurait donné la vie à un fils, la rumeur voulant qu'il soit l'enfant d'Henri II[7]. Quant à ses entrailles, selon une légende tardive, il les légua à cette terre limousine, qui lui aurait donné ses meilleurs compagnons d'armes (ses « fidèles barons limousins ») et la langue dans laquelle il aimait écrire ses poèmes. Pour Burgwinkle, un viol n'est pas l'indication d'un désir sexuel pour les femmes, mais un désir de contrôle, et dans le cas de Richard, certainement un contrôle politique[B 4]. Il bat une première fois Philippe Auguste en septembre 1198 entre Gamaches et Vernon, puis une deuxième fois le 27 septembre lors de la bataille de Gisors[19],[20]. Aliénor était déjà enfermée lors de la mort de Rosemonde, ce qui rend improbable la légende selon laquelle la reine l’aurait fait assassiner. Il utilise toutes ses ressources pour partir à la troisième croisade, puis pour défendre ses territoires français contre le roi de France, Philippe Auguste, auquel il s’était pourtant auparavant allié contre son propre père. La bataille de Châlus se résume très rapidement au siège du donjon de Châlus-Chabrol (commune de Châlus, Haute-Vienne) par Mercadier. De cet emprisonnement est tirée la légende de Blondel. Richard est accusé de faire peu pour l’Angleterre, se contentant d’épuiser les ressources du royaume en empruntant pour financer ses expéditions en Terre sainte. Celui-ci a l'avantage d'être un chevalier de petite noblesse locale, possessionné sur le territoire de Firbeix, ce qui justifie sa présence au château de Châlus, aux côtés de Pierre Brun, seigneur de Montbrun, lors de l'arrivée des routiers de Mercadier. Nontron, Chinon et quelques autres cités ont, un moment, revendiqué la mort de Richard. Son corps étant déjà affaibli par un bel embonpoint, la blessure, mal traitée tant par Richard que par le médecin de Mercadier, est gagnée par la gangrène. Sont également présents à Châlus pour assister aux derniers instants de Richard, les évêques de Poitiers et d'Angers, l'évêque Hugues de Lincoln, l'abbé Pierre Milon (ou Million) de l'Abbaye du Pin, aumônier de Richard et Luc, abbé de Turpenay[3]. Puisqu'il faut trouver une raison au nom donné à ce rocher, il est possible que la prairie de cette petite vallée qui longe la Tardoire ait été le lieu choisi par Mercadier, arrivé quelques jours avant Richard à Châlus, pour y établir le campement de ses routiers ou pour y mettre ses cuisines, ses chevaux, voire l'« hôpital de campagne » de son médecin…. Fin juin, Philippe prend le château de Fréteval et tourne son Ost sur la forteresse de Vendôme. Henri II la fit venir en Angleterre de manière à pouvoir prendre possession des terres constituant sa dot (comté d'Aumale et comté d'Eu), mais, dès qu'elle fut nubile, il aurait abusé d'elle, en aurait fait sa maîtresse et retardé le mariage. Au début du XXe siècle, la tradition populaire rapportait que Richard se tenait sur cette roche lorsqu'il fut atteint par la flèche. Revenant de croisades, Richard Ier d’Angleterre, dit « Coeur de Lion » est capturé par le duc Léopold V de Babenberg, autour de Vienne, en Autriche. Cette partition du corps (dilaceratio corporis, « division du corps » en cœur, entrailles et ossements) avec des sépultures multiples est une pratique initiée au milieu du XIe siècle par les chevaliers et souverains du Royaume d'Angleterre et du Saint-Empire romain germanique morts en croisade ou loin de leur lieu de sépulture choisi[12]. Profitant de la nuit, Philippe lève le camp et suit péniblement la rive gauche du Loir avec son armée. En réalité, un fait pratique et beaucoup plus prosaïque explique que la terre de Châlus conserve les entrailles de Richard : afin d'être préservé de la putréfaction son corps fut, très vraisemblablement et selon l’usage, embaumé. De châteaux en places fortes, d’églises en prieurés, certains sites rappellent les combats du Moyen Âge entre les royaumes d’Angleterre et de France. Il rassemble et emprunte autant d’argent qu’il le peut, libérant par exemple le roi d’Écosse de son hommage en échange de dix mille marcs, et vendant nombre de charges officielles et autres droits sur des terres. En son temps, il est considéré comme un héros, et souvent décrit comme tel dans la littérature. Reinoud Van Mechelen, Cécile Achille, Le Concert Spirituel, Hervé Niquet Pour l'historien britannique John Gillingham, biographe de Richard Cœur de Lion, cette idée d'un roi homosexuel, apparue au XXe siècle, s'appuie sur des interprétations anachroniques des éléments qui nous sont connus[27]. Guillaume de Mandeville, qui meurt rapidement, est remplacé par Guillaume Longchamp. Ayant appris la libération de Richard, Philippe Auguste aurait fait prévenir Jean sans Terre que « le diable est lâché »[13]. En 1885, l'abbé François Arbellot reprend le travail de recherche historique dans « La vérité sur la mort de Richard Cœur de Lion », publiée dans le Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin (t. XXVI, 1878) et reprise en 1885 sous le nom de « Mort de Richard Cœur de Lion » dans Récits de l’histoire du Limousin. Il est lui-même intéressé par l'écriture et la musique, et on lui attribue deux poèmes qui nous sont parvenus. Richard Cœur de Lion était mort comme il avait régné, en aventurier bouillant et héroïque (1199). Revue du syndicat d'initiatives de Châlus, 1re moitié du XXe siècle. Elle l'atteste elle-même dans une charte de donation rédigée en faveur du monastère de Turpenay : « […] Sachez que nous avons assisté à la mort de notre fils le roi, qui mit en nous (après le Seigneur) toute sa confiance pour que nous pourvoyions à son salut, par ce moyen et par d'autres en notre pouvoir, selon notre sollicitude maternelle[N 4]. Gisant de Richard à Rouen, qui reçut son cœur. Pour lui, la sexualité exacte de Richard ne peut être connue avec certitude[27]. Il prend la ville basse, mais pas la citadelle qui résiste. Valeureux héros de notre enfance bercée par les exploits d'Ivanhoé et de Robin des Bois, Richard Cœur de Lion reste à jamais (et peut-être à tort) ce roi d'Angleterre mythique qui préféra livrer bataille aux infidèles plutôt que d'administrer son immense empire angevin, abandonné à ce frère perfide, Jean sans Terre, allié du roi de France Philippe Auguste. La guerre, toujours. - Une citation de Richard Coeur de Lion. En 1173, Richard rejoint ses frères Geoffroy II de Bretagne, époux de Constance de Bretagne, et Henri le Jeune dans leur révolte contre leur père. Probablement pas : les recherches historiques laissent imaginer qu'après son « exploit », Pierre Basile vécut assez longtemps, vraisemblablement jusqu'à quelques années avant 1239. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Enfin Richard décide de retourner dans ses terres continentales, Philippe Auguste ayant manœuvré pour s'emparer de la Normandie en son absence[15]. Si l'hypothèse de Nontron avait au moins pour elle la chronique de Gervais, que dire des autres cités qui, épisodiquement, au cours du XIXe siècle, se sont positionnées comme « lieu possible de la mort de Richard » ? Et, c'est pour punir ses « fidèles barons limousins » et l'évêque de Limoges qu'il s'était retrouvé, avec Mercadier, au pied du château de Châlus. En janvier 1169, il est fiancé à Adèle de France (fille du roi des Francs Louis VII le Jeune)[6]. Le carreau est retiré mais la gangrène s'installe. Ce dernier épouse Amélie de Cognac († 1199), fille d'Itier, seigneur de Cognac, Villebois et Jarnac. La mort de Richard se retrouve dans neuf chroniques médiévales contemporaines de l'événement. Il ne montre toutefois aucune volonté visible de concevoir un héritier[B 6]. Philippe de Cognac aurait vengé son père en assassinant, en 1199, Adémar V de Limoges. Il fonde Marmande en 1182, s’y installe et construit de nombreux châteaux forts dans les environs (Soumensac). Richard I er d'Angleterre [2] dit Cœur de Lion (8 septembre 1157 [F 1], palais de Beaumont, Oxford – 6 avril 1199, château de Châlus Chabrol) fut roi d'Angleterre, duc de Normandie, duc d'Aquitaine, comte de Poitiers, comte du Maine et comte d'Anjou de 1189 à sa mort en 1199.Il fut aussi mécène de troubadours et auteur de poèmes. Pour Roger de Hoveden, il s'agit de « Bertrand de Gourdon ». De la région de Naples, il gagne Messine par voie terrestre en passant par Amalfi, Salerne et Mileto, où il est agressé par des gens du cru. Il a continué à mener la campagne après le départ de Philippe II de France et a remporté de nombreuses victoires contre son homologue musulman Saladin. Toutefois, pour l'historien William E. Burgwinkle, le fait qu'il n'y ait pas de preuves formelles de son homosexualité ne signifie pas pour autant qu'il faille conclure qu'il était forcément hétérosexuel[B 2]. C'est alors que Pierre Basile réapparaît aux créneaux du donjon et prend pour cible le groupe dans lequel se trouve Richard, ne sachant vraisemblablement pas que le duc d'Aquitaine, également roi d'Angleterre, est personnellement présent. C'est dire si ce maillon important dans l'histoire de l'opéra en France était une machine à succès bien huilée. Dictant ses dernières volontés, il a souhaité que son corps repose à Fontevraud, auprès de celui de son père. Richard meurt le 6 avril 1199[2], vraisemblablement dans la pièce principale du corps de logis du château, dans un lit dressé face à la cheminée. En l’an 1199, Richard Cœur de Lion, Roi d’Angleterre, mit le siège devant la citadelle de Châlus, tenue par Adhémar de Limoges, un des ses féaux. En septembre 1190, Richard et Philippe sont en Sicile. ». Après une courte trêve, la guerre reprend à l'automne 1196. Il était également doté d'un physique exceptionnel, mesurant plus d'un mètre quatre-vingt-dix, et excellait dans les activités militaires. En mai 1199, Jean succède à Richard sur le trône d’Angleterre. Philippe, qui s'était éloigné de l'itinéraire pour se reposer dans un châtelet sur une île du Loir, parviendra à fuir avec une poignée d'hommes, mais ses sceaux royaux, son trésor et ses chartes feront partie du butin récupéré par Richard[16]. Fils d'Aliénor d'Aquitaine et d'Henri II Plantagenêt, Richard (1157-1199) fut roi d'Angleterre de 1189 à 1199. Cela rend aux yeux de l’Église le mariage avec Richard techniquement impossible. Richard a une raison majeure de s’opposer à son père. Considéré comme l'un des chroniqueurs les plus fiables, il cite Pierre Basile comme l'auteur du trait d'arbalète qui blessa mortellement le roi d'Angleterre, duc d'Aquitaine[7]. D'un autre côté, elle allait participer au déclin de l'Orient latin en attirant les colons et barons syriens : entre les terres pleines de richesse de l'île et celles sans cesse exposées au danger de la Palestine, le choix était évident pour nombre de chevaliers, d'autant plus que le clan des Lusignan, futurs maîtres de Chypre, n'hésitait pas à multiplier les offres de terres et autres baronnies. Il est cependant le fils préféré de sa mère (qui avait eu deux filles de son premier époux, le roi des Francs Louis VII de France) et, lorsque ses parents se séparent, il devient son héritier à la couronne d’Aquitaine en 1168, puis au titre de comte de Poitiers. Les quelques catholiques romains de l’île se joignent à Richard, ainsi que ses nobles, révoltés par les sept années du joug tyrannique d’Isaac. Après son échec, Richard va mater les nobles mécontents d’Aquitaine, spécialement en Gascogne. Cette opération nécessite une éviscération. Richard naît probablement au palais de Beaumont en Angleterre[G 1]. Son gisant y est toujours, tout comme celui de son père Henri II et celui de sa mère Aliénor d'Aquitaine. Guillaume le Breton, dans son épique Philippine, nomme « Guy » l'arbalétrier confiant au destin son trait vengeur. Voyant une occasion de se venger de la défaite d'Arsouf, Saladin contre-attaque et, le 27 juillet, met le siège devant la ville de Jaffa, qui avait servi de base d'opérations pour Richard au cours de sa marche à l'intérieur des terres en direction de Jérusalem. Toutefois, sur la base des récits des pénitences de Richard en 1191 et 1195 pour des péchés de sodomie et de bougrerie, Jean Flori conclut à la probabilité d'une bisexualité[F 7]. Un incident très similaire s’était déjà produit dix ans auparavant, lorsque, combattant contre son père, il avait rencontré, désarmé, Guillaume le Maréchal, et avait dû le supplier pour avoir la vie sauve. Voyant sa mort venir, il prend le temps de dicter ses dernières volontés. La mort de Richard Cœur de Lion, survenue le 6 avril 1199 au siège de Châlus-Chabrol dans le Limousin, est un thème littéraire qui a été exploité par divers auteurs[N 1]. Le 5 juillet 1192, Richard commence à se replier pour regagner la côte. Il descend sur l'Anjou. En avril, Richard s'arrête sur l’île byzantine de Rhodes pour éviter une tempête. Il se taille une affreuse réputation de cruauté, avec de nombreuses accusations de viols et de meurtres. Ce dernier réclame une rançon de cent cinquante mille marcs d’argent, équivalant à deux années de recettes du royaume d’Angleterre[12]. Richard revient au pied du donjon en début de soirée. Ces territoires, pour lesquels il avait prêté allégeance à Philippe, constituaient la plus grande partie de son héritage Plantagenêt. De même, par deux fois, en 1976 et 2010, le cinéma hollywoodien évoque la mort de l'emblématique roi d'Angleterre : le film La Rose et la Flèche (1976), avec Sean Connery et Audrey Hepburn, ainsi que le Robin Hood de Ridley Scott, qui fit l'ouverture du festival de Cannes en 2010, s'ouvrent sur la mort de Richard au siège de Châlus. Dès lors, rien d'étonnant à ce que, un jour, Richard pût se tenir à portée de ce rocher, soit que la tente du médecin de Mercadier ou sa propre tente en fut proche, qu'il tint conseil en s'asseyant ou montant dessus ou que le campement fut organisé à proximité. Henri II a peur que cette guerre entre ses trois fils ne conduise à la destruction de son royaume, et il lance son armée à son aide. D'après le chroniqueur contemporain Roger de Hoveden, après l'avertissement d'un ermite, et étant tombé subitement malade, Richard fait pénitence pour s'être éloigné de sa femme, et se réconcilie charnellement avec elle[B 6]. Châlus-Chabrol, où Richard fut mortellement blessé. Et pourtant, c’est bien lui qui montera sur le trône de Saint Edward en 1189. Il est tout autant vraisemblable que Mercadier, qui vouait une fidélité sans faille à Richard, n'ait pas approuvé ce pardon. C'est ainsi que l'on peut également dire que Richard est mort lors (c’est-à-dire « durant », « au moment ») du siège de Nontron, de Piégut, voire de Hautefort. La dernière modification de cette page a été faite le 23 septembre 2020 à 19:54. Il relève également les taxes, et dépense la majeure partie du trésor de son père. Selon Roger de Hoveden, Philippe de Cognac, fils illégitime supposé de Richard, aurait vengé la mort de son père en assassinant Adémar de Limoges[26]. Ce qui n'empêche pas bon nombre de commentateurs de faire encore, volontairement ou non, la confusion[N 6]. Gervais de Cantorbéry donne au meurtrier le nom d'un certain « Jean Sabraz » mais situe son action au château de Nontron. nécessaire]. Philippe se venge de la trahison de Jean en brûlant Évreux. Après l’avoir pillée et brûlée, Richard y établit son camp. ». Frédéric Bey « Philippe Auguste, la grande stratégie capétienne ». Le littoral conquis et certaines places fortes reconstruites (Jaffa, Ascalon…), Richard part vers Jérusalem en plein hiver. roi d'Angleterre, duc de Normandie, duc d’Aquitaine, comte de Poitiers, comte du Maine et comte d’Anjou, mécène de troubadours et poètes. Cette version est contredite par les recherches historiques : Bertrand de Gourdon participe en 1209 à la croisade contre les Albigeois[4] et au siège de Toulouse en 1218, rend un hommage-lige à Louis VIII en 1226 et à saint Louis en 1227. S'il était resté droit la flèche aurait probablement transpercé le cœur. La mort de Richard Cœur de Lion, survenue le 6 avril 1199 au siège de Châlus-Chabrol dans le Limousin, est un thème littéraire qui a été exploité par divers auteurs [N 1].. En dehors des ouvrages purement historiques, la mort de Richard Cœur de Lion est un thème récurrent que l'on retrouve dans la plupart des romans qui font référence à la vie du roi-chevalier. Rocher où fut blessé Richard et vue sur Châlus Maulmont. Le 26 mars 1199, Richard assiège le château de Châlus Chabrol possession du vicomte Adémar V de Limoges, dit Boson. Richard envahit la partie du Vexin sous contrôle français. Le désir de s'approprier un trésor caché, si l'on en croyait la rumeur publique, dans la forteresse de Châlus, avait amené Richard sous les murs de ce château appartenant au vicomte de Limoges, son vassal. Ce rocher est connu sous le nom de « rocher de Richard Cœur de Lion ». Richard Cœur de Lion craint que Philippe Auguste n’usurpe ses territoires en son absence. Le Berry devait être la dot de l'épousée. Il est vrai que Châlus ne fut pas le seul château du Haut-Limousin assiégé par les hommes du duc d'Aquitaine au printemps 1199. Cependant les barons d'Anjou, du Maine et de Touraine le rejettent au début, lui préférant Arthur de Bretagne, neveu de Richard et Jean, dont les droits sont juridiquement meilleurs que les siens. Richard Coer de Lyon is a Middle English romance which gives a fictionalised account of the life of Richard I, King of England, concentrating on his crusading exploits.It influenced Shakespeare's King John and Walter Scott's The Talisman. Après cette exécution qui va renforcer le jihad et rendre entre autres les futures négociations très difficiles (notamment pour la restitution de Jérusalem), Richard part conquérir le littoral avec Robert de Sablé et ses Templiers, mais il reste le seul chef de toute l'armée franco-anglaise (le roi de France est parti avec sa propre maison, laissant toutes ses troupes sous la houlette du duc de Bourgogne). Comte de Poitiers de 1168 à 1189, Richard porte le blason de sa mère, Aliénor d'Aquitaine : « d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or ».